icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par Laurène Genoux, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’actualité, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE vous divertit avec envie.

EDITO

 

NL

#81 – 22 juillet 2019

Piscine ou mer ? Il y a deux écoles. Certains préférant le grand large et les vagues, d’autres le calme plat et le chlore. La mer est dense, de bleus changeant et de « tempérament » parfois inquiétant. Ses degrés varient en fonction des saisons et des continents. Il arrive bien souvent qu’un même pays soit bordé de degrés opposés. Ainsi notre cher pays la France offre à ses nageurs une mer froide et salée à l’ouest tandis qu’au sud elle propose une mer chaude et non agitée. La mer est sauvage et libre telle une jeune fille effrontée. Elle nous accueille en son sein pour un délicieux bain mais nous enlève aussi nos marins lors de tempêtes qu’elle seule maîtrise. Sa colère a causé bien des tristesses mais sa générosité en a rendu plus d’un heureux et spectateur de tant de moments heureux. Ses couleurs si diverses et si intenses enchantent nos yeux et nos corps plongent souvent dans une palette de bleus infinie et incroyable. Son sel caresse ou pique notre peau et nous donne à goûter à un air iodé délicieux. Face à elle, une adversaire de taille, la piscine. De toutes les formes, de toutes les tailles, elles sont nos baignoires taille XXL. En son cœur nous barbotons. C’est l’accessoire ultime de toute maison méridionale de vacances qui se respecte. Elle en a vu des petits et des grands apprendre à nager, des moins petits et des moins grands y jouer et s’y chamailler. Mer ou piscine, à vous de choisir, l’important étant de s’y plonger. Pour ma part, pour quelques brasses et autres dos crawlé, ou encore pour patauger, ma préférence va à la piscine, pour me revigorer et m’émerveiller, ma faveur va à la mer. Je suis une enfant de la mer pourtant. J’ai passé toutes mes vacances, petite et adolescente, sur une île en Bretagne, donc avec l’eau à 18 degrés. Les stages de bateau et la pêche à la crevette en méduses (les chaussures), ça me connaît. Mais les années passant, j’ai migré au fil de mes invitations estivales vers le sud et la fraîcheur de la Manche m’apparut très vite insurmontable. Le mot est fort, mais je vous en prie, allez-y ! J’ai surtout aujourd’hui une peur immense du large et ne pas voir ce qu’il y a en dessous de moi, cela me donne des sueurs froides. Mon imagination débordante perçoit à travers des ombres, créées tout simplement par le soleil se reflétant sur la mer, des monstres aquatiques absolument terrifiants. Dorénavant, je nage près du bord comme les bébés ou les personnes âgées, j’assume car mon esprit est tranquille et mon corps se délecte. Dans la mer Méditerranée, au moins, on voit le sable blanc et aucun danger ne se profile à l’horizon, excepté pour sa santé (pas de marées = c’est pollué). Enfin, surtout, comme j’aime plus barboter que me lancer dans des nages papillon d’exception, mon choix est vite fait piscine, piscine et re-piscine. D’ailleurs, la première question que je pose lors de départs en vacances est : « Et il y a une piscine ? », demandez à ma famille ou à mes proches, je les fatigue avec cette réclamation depuis tant d’années. Enfin, la piscine privée, je plébiscite, car les piscines municipales avec port du bonnet obligatoire, verrues en guise de bienvenue et intoxication de chlore, j’ai donné pendant ma scolarité, j’ai tiré ma révérence depuis bien longtemps.

Finalement, cet été, que l’on soit piscine ou mer, l’important c’est de se tremper et surtout de bien s’amuser et se reposer !

Toute l’équipe DELIGHT MAGAZINE s’est plongée dans ce duel au sommet entre piscine et mer pour vous embarquer dans un numéro culturel 100 % eau !

« Je sais nager juste assez pour me retenir de sauver les autres. », Jules Renard

LG

Voir les anciens éditos

a