icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par l’agence BOÉ JASMIN COMMUNICATION, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’histoire, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE divertit grâce à des parallèles subjectifs entre un fait historique et notre civilisation contemporaine.

EDITO

11 juin 2018 – Fondation de SOS Médecins (20 juin 1966).

Il y a 52 ans SOS Médecins arrivait tel un chevalier blanc dans sa camionnette blanche à la rescousse de tous les malades français ne pouvant sortir de chez eux. Service d’urgence non gratuit (surtout la nuit, j’y reviendrai par la suite) ouvert 7 jour sur 7, 24h sur 24 (avec une petite baisse durant la nuit tout de même, j’y reviendrai également par la suite), SOS Médecins se déplace chez vous dans l’heure qui suit, la plupart du temps… Un peu l’ancêtre de Deliveroo et consorts, en fait ! C’est à Marcel Lascar, médecin généraliste français que l’on doit SOS Médecins. Et dites-vous, mes chers compatriotes, que l’invention de ce service nous est enviée dans le monde entier et a depuis été à l’étranger en quelque sorte franchisée. Moi, ce que j’adore chez SOS Médecins, c’est la prise en charge téléphonique. C’est très original, car on vous demande ce que vous avez comme maladie… Si je vous appelle, c’est justement pour savoir ce que j’ai, mais passons. Ensuite, après quelques informations délivrées aux « charmant(e)s opérateurs(-rices) », on vous dit qu’il arrive. Traduction : il arrivera quand il voudra. Par temps de grande épidémie, vous avez le temps de crever chez vous ou de vous être endormi au moment de son passage ! Bref, en général, je suis toujours tombée, c’est bien ma veine, sur des médecins un poil libidineux (je parle de mes seules et pluri expériences) et très pressés d’encaisser leurs petits deniers. Le médecin commence par s’installer dans mon salon tranquille Emile, ce qui a le don de m’exaspérer, ne prend même pas la peine de se laver les mains avant et après m’avoir auscultée (très rassurant et très hygiénique), et a souvent une fâcheuse tendance à baisser ses mains sur la mauvaise « gorge ». Je m’explique : mes angines chroniques, si je ne m’abuse, se situent plutôt au niveau de mon cou et non de mon buste. Bref, j’en parle légèrement car il n’y a jamais rien eu de grave mais c’est assez, pour ne pas dire très, désagréable. Une fois qu’il m’a fait tirer la langue, respirer comme un bœuf et après m’avoir demandé si je fume, ce à quoi je réponds, non sans honte : « Affirmatif », j’ai ensuite le droit à la petite leçon de morale habituelle et totalement improductive. Puis, ce « cher » SOS Médecins me délivre une ordonnance longue comme le Vidal. C’est amusant, car mon médecin généraliste pour les mêmes symptômes me prescrit un seul et unique médicament… Puis, l’air las mais faisant mine de s’intéresser un minimum à vous, le médecin vous demandera pour la forme ce que vous faites dans la vie, ce à quoi vous répondrez en vous demandant pourquoi cette question. Puis après ces cinq maigres minutes écoulées, un chèque de 60 € durement signé (bizarrement leurs tarifs sur internet n’ont jamais correspondu à ceux que j’ai payés…) vous sera demandé et merci, au revoir Docteur. Vous pouvez enfin souffler, ce mauvais moment est passé, et demander à une bonne âme (la famille, c’est très pratique) de courir à la pharmacie la plus proche se procurer ces 30 antibiotiques, inutiles la plupart du temps, que vous vous empresserez d’avaler. Sachez qu’en pleine nuit, même après une grave crise d’angoisse, vous attendrez 2h au minimum et 90 € vous seront demandés, je vous conseille donc d’essayer, si vous y arrivez, la Méthode Coué. C’est gratuit et tout aussi efficace. Ou, en cas de grave situation : les Urgences. Plaintes à part, SOS Médecins, c’est bien pratique et plus d’une fois cela a « sauvé » ma petite vie. Alors n’hésitez plus, le 3624 vous écoute du lundi au vendredi de minuit à minuit.

Pour ce nouveau numéro, l’équipe DELIGHT MAGAZINE vous rend sa visite médicale avec des articles SOS Médecins de la culture ! On débute son service par une visite d’une sélection de tisanes bien-être ; on ausculte une mode SOS petites mains 24h avant les défilés de haute couture ; on s’instruit de toute urgence sur les méfaits environnementaux sur nos corps avec une nature épidémique ; on mate un super cinoche sur la vie en blouses blanches ; et enfin on s’écoute une playlist 100 % « Allô Docteur bobo » !

Cette semaine, on est allé à la rencontre de Benoît, le si sympathique et si sincère artisan fleuriste, fondateur de Tyché Flora. Benoît crée des bouquets avec goût, délicatesse et passion pour tous les jours et pour tous les événements importants de votre vie. Tyché Flora, on s’y rend dès maintenant !

Je voudrais dans cet édito rendre humblement mais sincèrement hommage à mon médecin généraliste, le Docteur D’Auriol, qui nous a quittés l’année dernière et par qui j’ai eu, ainsi que toute ma famille, l’extrême chance d’être suivie durant plus de 20 ans. Il était professionnellement un médecin extraordinaire et humainement un homme unique et fantastique qui savait rassurer et guérir et de chez qui je ressortais toujours, même malade, emplie de vie, d’envie, d’allant et d’empathie. Merci Docteur, vous me manquez…

LG

Voir les anciens éditos

a