icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par l’agence BOÉ JASMIN COMMUNICATION, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’histoire, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE divertit grâce à des parallèles subjectifs entre un fait historique et notre civilisation contemporaine.

EDITO

13 octobre 2017 – Inauguration de la Cité Radieuse (14 octobre 1952).

Marseille, la Bonne Mère, son port, sa pétanque, son pastis, ses calanques… Ville remplie de promesses, ouverte sur la Méditerranée, à l’architecture complexe et aux habitants hauts en couleur ! Il n’en fallait pas plus entre 1947 et 1952 pour en faire le « laboratoire » d’une nouvelle architecture. Le Corbusier, célèbre architecte qu’il n’est plus la peine de présenter, est appelé à la rescousse pour construire une nouvelle forme de cité. On l’appellera la Cité radieuse. Au vu de sa façade colorée et de son principe architectural complexe mais extrêmement bien pensé et « pratique », elle porte admirablement son nom et son avant-gardisme conserve un panache fou. Le Corbusier définissait le logement comme « le contenant » d’une famille. Sur ce principe simple, il se décarcassa à l’aide de tout un tas d’ingénieurs pour offrir à ces familles des habitations peu ordinaires et fonctionnelles comme jaja. Le Corbusier touche à la perfection en imaginant des appartements silencieux, spacieux, baignés de soleil et entourés de verdure. Un petit coin de paradis sur terre mais moderne, élégant et « intelligent ». Une ville dans la ville. Un havre de paix dans une ville sale et bruyante. Certains équipements tels qu’une rue intérieure avec ses boutiques, sa librairie, sa maison d’édition, son bar, son restaurant mais encore son hôtel complètent « ces logis-génies ». Inédit et ambitieux, ce projet a pris forme et évolue avec son siècle. « La maison du fada » comme l’appelaient les Marseillais lors de sa construction fait des envieux et est aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Distinction méritée pour cette formidable cité qui fut décriée à sa conception, convoitée à sa réalisation et aujourd’hui adoptée et synonyme de fierté marseillaise. Preuve de sa force architecturale, de sa grandeur et de « son futurisme », un musée a vu le jour sur son toit : le MAMO. Avec sa vue à 360° et son air d’observatoire de paquebot, ce musée érigé par le petit prince insupportable mais non moins talentueux Ora-ïto, redonne un second souffle et une nouvelle visibilité à cette merveille architecturale. Marseille est belle et sa Cité radieuse un véritable chef-d’œuvre.

Pour ce nouveau numéro, l’équipe DELIGHT MAGAZINE s’est transformée en Marseillais pure souche. On débute, un pastaga (pastis) à la main, par des adresses fooding parisiennes avec entre autres au menu : la bouillabaisse ; on arrête d’être des cagoles grâce à une mode tarpin (très) bien ; on s’engastse (s’enthousiasme) pour des immeubles écologiques avec la rubrique nature ; on se mate un film mythique, French Connection, avant une petite pénéquet (sieste) ; et enfin, on s’enjaille (s’éclate) sur une playlist 100 % chaleurrrrrrrr

Cette semaine, on est allé à la rencontre de Justine Fradin, une sympathique et énergique designer d’intérieur au goût admirable et à la personnalité solaire. Justine nous a ouvert les portes de son sublime appartement entièrement rénové et décoré par ses soins. Un talent fou, des réalisations fortes, je referais bien mon appartement avec Justine Fradin.

Boudie (bon Dieu), ne faites pas votre cacou (snob) et esbignez-vous (partez) visiter Marseille, sa Cité radieuse et son art de vivre si particulier. Tchò (au revoir) les minots !

LG

Voir les anciens éditos

a