icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par Laurène Genoux, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’actualité, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE vous divertit avec envie.

EDITO

 

NL

#77 – 15 mai 2019

Notre-Dame de Paris a brûlé. Il y a maintenant un mois, un incendie ravageur se propageait en son sein et une douleur et une désolation absolues s’abattaient sur Paris, la France et le monde entier. Une fois de plus, Paris et la France recevaient un soutien mondial exceptionnel dont nous, Français, ne pouvons ignorer la portée et la faveur uniques et exceptionnelles. Voir cet édifice religieux et architectural se consumer sous nos yeux fut un spectacle d’une tristesse infinie. Un symbole ravagé par les flammes. Notre-Dame de Paris veille sur Paris depuis plus de 700 ans et toujours, malgré les guerres, une révolution et d’autres malheureux événements célèbres, elle a su traverser les siècles, debout, humble et entière. Sa flèche qui domina par sa hauteur et sa grandeur Paris, aujourd’hui n’est plus. Cette désolation, pour ne pas dire cette colère presque contenue, nous donne à réfléchir. Comment en 2019, l’homme est il capable de détruire (même involontairement) un travail, un édifice de cet envergure ? Comment accepter l’inacceptable ? Nos esprits et notre mémoire se rappellent ô combien il est désastreusement banal que des chefs-d’œuvre du passé « meurent » lors d’une rénovation ou même de menus travaux… On pourrait citer entre autre le Palais des Tuileries, l’hôtel Lambert… La liste de nos bâtiments historiques est longue. Concernant Notre-Dame de Paris, j’ai eu vent (de source sûre) de certains dysfonctionnements, liés directement à une très grave gestion de budget. Je n’en dirai pas plus, une enquête est ouverte. Laissons faire la police. Ce que je sais, c’est que j’ai été extrêmement choquée par une certaine polémique, bien française, qui consiste à dire que c’est honteux que Notre-Dame ait reçu un soutien financier de cette envergure. Les Français ne sont jamais contents et franchement chiants, pour rester polie. Jamais satisfaits, toujours partants pour gueuler et souligner le négatif, c’est totalement contre-productif. Bref, prétentieusement sûrement j’aimerais que l’on arrête de tout critiquer. C’est épuisant et cela manque cruellement de chrétienté (au sens figuré du terme). Notre-Dame de Paris qui s’effondre, c’est l’Eglise Catholique (déjà au plus mal en ce moment), Paris, la France qui souffrent, se brisent. Dieu a-t-il voulu nous envoyer un message sur notre considération du monde ? Je ne développerai pas, car je n’en sais rien, et pour tout avouer je ne préfère pas y penser, je fais l’autruche… Ce que je sais, au plus profond de moi-même, c’est que je fus, je suis, abattue et sincèrement désolée devant ce funèbre décor. Pieusement, je suis partie en pèlerinage avec ma petite sœur devant Notre-Dame depuis ce dramatique incendie. Une sensation, une nostalgie, une désolation inexplicables me prit et mon cœur battit plus vite, à sa vue. Il manquait quelque chose. Je fus surprise et profondément touchée d’observer un respect, un silence quasi religieux des promeneurs face à Notre-Dame. Le parvis inaccessible protège Notre-Dame mais son aura rayonne et traverse la Seine de part et d’autre. Je me sens particulièrement concernée, car Notre-Dame de Paris résonne en moi depuis mon arrivé sur terre. Je suis née à l’Hôtel-Dieu (sur l’Ile de la Cité également) comme chacune de mes trois sœurs. Ma mère, dans chacun de nos albums de naissance, collait en première page la grande rosace de Notre-Dame qu’elle eut tant plaisir à apercevoir depuis sa chambre de maternité. Notre-Dame est en moi. Notre-Dame est en chacun de nous.

Toute l’équipe DELIGHT MAGAZINE vous livre pieusement, à travers ses différentes rubriques, son témoignage et son « culte culturel » pour Notre-Dame de Paris.

« Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être

Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître ;

Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher

Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,

Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent sourde

Rongera tristement ses vieux os de rocher ! »

Gérard de Nerval, prophète ?

LG

Voir les anciens éditos

a