icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par Laurène Genoux, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’actualité, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE vous divertit avec envie.

EDITO

 

Newsletter-Livre

#75 – 5 avril 2019

Lire fut longtemps mon passe-temps favori. Petite, je dévorais les livres et n’en lisais pas moins de trois ou quatre à la fois. C’était ma petite touche littéraire personnelle et un exploit qui ne fut pas sans désarroi. Je m‘ explique. Mon originalité, de mes 8 à 12 ans, était de commencer plusieurs romans en même temps, un jour Un sac de billes, un autre Poil de carotte, mais aussi Moi, boy… Tous les classiques y passaient et j’en redemandais. Ce ne fut pas sans développer chez moi une certaine forme de dyslexie qui me posa plus tard pas mal de problèmes à l’école. Ma mère nous offrait année après année des livres fantastiques (attention superbes, que dis-je, pas le courant littéraire) qu’elle nous lisait toujours avec autant de plaisir et d’enthousiasme, avant de nous passer le flambeau, une fois l’apprentissage de la lecture acquis. Les livres qui accompagnaient notre quotidien étaient pour beaucoup des petits chefs d’œuvre par leurs images, présentations et histoires. Nos amis étaient et sont toujours surpris quand ils viennent dans l’appartement de ma mère par la quantité astronomique de bouquins habitant avec nous. On n’adore que Dieu, mais je peux dire que j’adore les livres. Ils permettent de s’évader, de rêver, de frissonner, de rire, de pleurer parfois aussi… Ils sont grâce à leurs auteurs, et notre interprétation ensuite, extrêmement vivants. La chance de pouvoir lire, on l’oublie trop souvent ; or le livre est un fidèle ami. Il traverse les générations, et même corné, déchiré, taché, mouillé, surligné, « stabiloté », il reste, il survit, il s’offre à nous. Pendant un temps, je ne prenais plus le temps de lire durant l’année et l’écran l’avait (trop ?) remplacé. Alors, l’été je me rattrapais et ma passion littéraire enfantine renaissait. Avec des livres heureusement plus évolués, certes, mais le bonheur de jeunesse est intact ! Dans notre maison de vacances à Bréhat, en Bretagne, je relis inlassablement toute notre collection familiale d’Agatha Christie et à chaque fois je redécouvre avec amusement les intrigues que je devrais pourtant connaître par cœur. Ne parlons pas des autres ouvrages remplissant la bibliothèque… ils doivent être à ce stade imprimés dans ma tête. A Naples, cet été, j’ai absorbé d’une traite la saga Ferrante, L’Amie prodigieuse. Quelle joie profonde m’animait à travers les lignes de reconnaître tel ou tel endroit, que plus tôt dans la journée j’avais traversé. Depuis peu, j’achète de nouveau des livres et je retrouve alors ce bien-être que lui seul peut apporter. Les livres me font du bien, qu’ils soient bons ou mauvais. Un mauvais, on le referme et surtout on se forge sa propre opinion ; un bon, on le garde et on en sort grandi, plus intelligent, enfin je crois. Même les livres de plage trouvent grâce à mes yeux. Les Marc Lévy et compagnie ont cette légèreté qui correspond bien au moment du bain (de mer). Symboliquement, un livre, ce n’est pas rien et j’aime à offrir un de mes romans préférés, mon livre de chevet Le Diable au corps, à mes personnes préférées. Les livres parcourent les époques sans prendre une ride et l’art, finalement, c’est cela. Ils sont témoins des siècles, des grands événements, des génies littéraires, de la vie. Le livre est immortel et nous suit comme un parent lointain mais toujours à l’écoute dans toute notre vie. Certains livres m’ont littéralement bouleversée, d’autres encore m’ont guérie, parfois dernièrement je couche sur mon Word des phrases, par ci, par là, un jour peut-être j’en ferai un livre. Si j’aime écrire, c’est que j’ai d’abord aimé lire.

Toute l’équipe DELIGHT MAGAZINE vous a écrit des articles à sa sauce littéraire originale pour un numéro comme un livre ouvert culturel.

« Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme. » Cicéron

LG

Voir les anciens éditos

a