icone instagramicone twittericone facebook

icone newsletter

 

 

 

 

logodelightmagazine

 

Créé en 2016 par l’agence BOÉ JASMIN COMMUNICATION, DELIGHT MAGAZINE est un bimensuel digital. De la culture, de l’histoire, un ton léger, DELIGHT MAGAZINE divertit grâce à des parallèles subjectifs entre un fait historique et notre civilisation contemporaine.

EDITO

25 mai 2018 – Naissance de Maïté, restauratrice et animatrice gastronomique française (2 juin 1938).

Maïté, icône culinaire et télé des années 80-90, fêtera en juin ses 80 printemps. Généreuse et voluptueuse, Maïté enchanta les foyers et les fourneaux français durant plus de 15 ans. Elle fut repérée à 45 ans lors d’un des nombreux banquets, dans sa chère région de Gascogne, qu’elle honorait de son talent. En parallèle, avant de rentrer dans nos vies, Maïté exerçait le métier de « musicienne » à la SNCF. Celui-ci consistait à souffler dans une trompette à l’attention des ouvriers afin de les alerter de l’arrivée d’un train. Originale jusqu’au bout de sa fourchette notre Maïté. Les spectateurs, eux, la découvrirent à travers leur écran en 1983 (tout cela ne nous rajeunit pas) dans La Cuisine des Mousquetaires, accompagnée de son acolyte Micheline. Maïté animera durant une décennie des émissions culinaires, bien avant l’ère des Top Chef, MasterChef et autres programmes télé focus cuistot contre cuistot. Avec Maïté, l’ère était au gras, encore du gras et toujours plus de gras. Une cuisine riche bien de chez nous à l’image de notre plantureuse cordon bleu. Maïté désossait, flambait, cuisait, découpait, arrosait, sous nos yeux ébahis, toutes sortes d’animaux qui n’avaient rien demandé et frémissaient d’angoisse à la vue de ses paluches. Le duo mythique et cocasse que formaient Maïté et Micheline valait vraiment le détour, rien que pour leurs voix (mention spéciale à l’accent du Sud-Ouest légendaire de Maïté), leurs expressions et leurs intonations ; leurs tenues colorées so kitsch et leurs cheveux en choucroute ; et pour pimenter le tout, leurs mimiques imparables. On ne se lasse pas de revoir grâce aux différentes archives de l’INA ce couple improbable et mythique. Des scènes culte qui valent leur pesant d’or. Un jour, un hamburger gargantuesque à base d’un « petit » pain de campagne avec gésiers, magret de canard et foie gras en guise d’encas. Qu’elle prépare tranquillement en affirmant : « Bon, on n’enlève pas le gras parce que c’est bon, hein ». Poilant ! Un autre jour, on découvre une Maïté robuste en prise avec une anguille, qu’elle tente tant bien que mal d’assommer sous le regard peu rassuré de sa copine Micheline avec des : « Bouge pas ma chérie », « Viens là ma pupuce », « Viens là ma chérie, tu n’auras pas ma peau »… A mourir de rire ! Sans oublier le jour où elle enseigne la dégustation de l’ortolan (juste en passant, un cousin du moineau), épisode qui tourne au film interdit aux moins de 18 ans, en déclarant : « Je commence à le prendre et à lui sucer le derrière ». Tordant ! Des tranches de la personnalité si singulière et attachante de Maïté, il y en a tellement que je ne peux que vous conseiller de la retrouver en replay pour passer un bon moment à ses côtés. Alors, chère Maïté, merci d’avoir enchanté notre quotidien par votre amour de la gastronomie française, votre bienveillance et votre caractère unique et détonnant.

Pour ce nouveau numéro, l’équipe DELIGHT MAGAZINE s’est incarnée en Maïté pour vous concocter des articles charnus ! On commence par découvrir des adresses fooding parisiennes délicieusement terroir ; on arpente la forêt des Landes où se situe le restaurant « Chez Maïté » avec une nature traditionnelle ; on admire une mode habillée par l’aiguille et l’anguille ; on se fait un cinoche légendaire avec un film aux petits oignons ; et enfin on se dandine sur une playlist 100 % gourmande.

Cette semaine, on est allé à la rencontre de François et Sacha, les deux formidables, généreux et si attachants fondateurs de l’Avocatier. Des succulents toasts à l’avocat aux mille et une saveurs préparés par leurs soins, à bord de leur foodbike itinérant, pour vous régaler toute l’année. L’Avocatier, à consommer sans modération !

Et pour finir en beauté : « Il n’y a pas écrit bécasse ici ! », dixit Maïté.

LG

Voir les anciens éditos

a