Le roi Nature VI
02 Fév

Le roi Nature VI .

DAME NATURE | JCC | 0 Commentaires

Le roi Mohammed VI commence à s’intéresser à l’environnement depuis quelques années et ses actions payent : en 2016, le pays du Maghreb se classait à la 64e place de l’Environmental Performance Index ! Il serait cependant criminel de ne pas faire de l’écologie une priorité nationale au regard de la beauté des paysages marocains. Ergs, montagnes et régions côtières confèrent en effet au Maroc une biodiversité remarquable.
Let’s go to Marocco à la découverte d’une nature immaculée, bien que menacée, as usual, par la main de l’homme.

L’Erg Chebbi, mon désert chéri
Cette étendue de sable à l’est du pays est la porte d’entrée du Sahara marocain. Des terres ardentes, tantôt ocrées, tantôt rougeoyantes, qui imposent une contemplation silencieuse et les courbes de ces dunes millénaires qui se meuvent au gré du vent offrent un spectacle magique.
Faune et flore vous surprendront dans cette aridité extrême : espèces d’oiseaux endémiques, flamants roses attirés par la fraîcheur de lacs saisonniers, palmeraies… c’est l’endroit parfait pour une émouvante méharée à dos de chameau.
Oui, tel Peter O’Toole dans Lauwrence d’Arabie, nous chevaucherons fièrement sur nos fidèles dromadaires vers… le 4×4 de retour !

Longue vie au roi Toubkal
Point culminant du Maghreb, le Djebel Toubkal se situe dans le Haut-Atlas, à seulement 63 km de Marrakech. Adeptes du trekking et de terres sauvages, Toubkal vous ouvre ses flancs. Vous découvrirez les cairns marocains (ensemble de pierres pour marquer un lieu, ndlr), vous surplomberez d’ancestraux villages montagnards tels qu’Imlil et Asni, vous tomberez nez à nez avec la faune volatile locale, ou encore, vous rencontrerez l’arganier dont on extrait l’huile qui a fait la fortune de Bettencourt… À pied ou à dos de dromadaires, partez à la conquête de l’Atlas !

Le Projet Marchica Med, entre grandeur et désillusion.
Marchica ou la lagune de Nador, c’est au départ l’histoire d’un sauvetage écologique. Située côté Méditerranée, la lagune a pâti de l’activité humaine : faible ouverture sur la mer, sorties d’eaux usées sans station d’épuration et activité industrielle avaient transformé l’or bleu en liquide souillé. 46 milliards de DH* plus tard, le programme d’aménagement de Marchica Med voyait le jour en 2009. Dépollution, rénovation des villes côtières… une agence dédiée à la gestion du programme est née avec une baseline claire : « a smart place for smart people ». Le vent a tourné. Le dessein écologique initial s’est transformé en une juteuse opportunité pour promoteurs et politiques.

Le Maroc est une terre où la nature règne et déchaîne les passions entre l’Ouest côtier, l’Est désertique et le Nord montagnard. Des trésors inestimables que Mohammed VI devra préserver contre les vents de la mondialisation et les marées du développement économique. Hadh Saïd** Momo !

*   Abréviation pour dirham.

** bon courage en arabe phonétique.

JCC

Source vignette : https://www.flickr.com/photos/philippe_haumesser/5054755093/

Pas de commentaires

Laissez un commentaire