« Nucléaire, nucléaire, les humains sont en colère ! ! ! »
16 Fév

« Nucléaire, nucléaire, les humains sont en colère ! ! ! » .

DAME NATURE | JCC | 0 Commentaires

Derrière le symbole de la paix, se cache un drôle de code. Une flèche ? Une fusée ? Un râteau ? Un chandelier à trois branches renversé ?! Nuclear disarmament. Voici que l’on peut y déchiffrer lorsque l’on connaît l’outil de communication sémaphore.
Révélé à une époque où les chefs d’État des pays développés se sont massivement dirigés vers la solution nucléaire, le symbole est toujours, hélas, empêtré dans une actualité brûlante. Pourquoi ? La transition énergétique est-elle véritablement portée par un dessein commun ? Comment se passer du nucléaire ?
Voici le « mémo Nucléo », histoire de paraître moins cruche aux soirées de l’ambassadeur !

Ô nucléaire, donne-nous notre électricité de ce jour
Propulsée par le Général de Gaulle, la politique nucléaire permet à la France de maintenir depuis les « Trente Glorieuses » son autonomie et sa sécurité énergétique. A ce jour, 58 réacteurs jonchent le sol français, permettant de proposer des tarifs d’électricité bas puisque le nucléaire est l’énergie la moins onéreuse à produire. Envers de la médaille, la France est carrément nucleoholic, le nucléaire fournissant 80 % de son énergie, la consacrant comme le pays le plus nucléarisé au monde !

Le malaise nucléaire, entre stupeur et tremblements
Fukushima a fait trembler le Japon et a réveillé les consciences sur les dangers du nucléaire depuis Tchernobyl. En cas d’accident, le nucléaire se transforme en véritable bombe à retardement, lâchant dans l’atmosphère des dégagements radioactifs mortels. Cancers, troubles mentaux, malformations sur les nouveaux-nés, l’irradiation fout les jetons. Et le risque français est bien présent puisque la moitié de ses réacteurs auront dépassé leur espérance de vie d’ici 2020. Il y a péril en la demeure cher Nicolas !

Quelle recette miracle sans une pincée de nucléaire ?
Hulot souhaite revoir le mix énergétique français. Chouette ! Mais ça veut dire quoi ? Concrètement, réduire de 80 % à 50 % la part de l’énergie nucléaire. Eolien, photovoltaïque, biomasse, géothermie, hydroélectricité, fusion, les solutions existent mais le processus de transition énergétique reste un gouffre financier.
Cap chez Wurstland pour mieux comprendre. Post-Fukushima, l’Allemagne a déclaré qu’elle sortirait du nucléaire d’ici 2025 avec un coût d’environ 1 milliard par an (éclats de rire). Hallo Angela, va falloir revoir tes tablettes, car c’est finalement la bagatelle de 400 milliards qu’il faudrait débourser d’ici 2030. Démantèlement des centrales (parce qu’enfouir les déchets radioactifs à des centaines de mètres n’est pas la solution, chères têtes pensantes), augmentation des émissions de CO2 liée à l’accroissement de la production des centrales à charbon, la note de la sortie de l’atome est en pleine irradiation !

1958 – 2018. 60 ans ont passé et on est bien loin du Nuclear Disarmament. Et puis, à quoi bon ? Trump quitte l’Accord sur le Climat, la Chine pille les ressources de l’Afrique et Kim Jong-Un brandit l’arme nucléaire… pas de signe de paix à l’horizon. « Nucléaire, nucléaire, les grands n’en ont rien à faire ! »

JCC

Source vignette : image de la centrale nucléaire : http://www.lenergietoutcompris.fr / symbole de la paix : http://symbawls.blogspot.fr/2011/05/revolutionary-pictures.html

  • Le nucléaire pour « les Nuls » :

Pas de commentaires

Laissez un commentaire