Bienvenue dans « Glash Investigation » !
24 Juil

Bienvenue dans « Glash Investigation » ! .

DAME NATURE | JCC | 0 Commentaires

Il est bien loin le temps du cône glacé artisanal. La Laitière, Carte d’Or, Häagen-Dazs et autres marques distributeurs (Monoprix, Carrefour, Leader Price…) ont pris le pouvoir sur le dessert de l’été préféré des Français ! Et hélas, ce n’est pas une bonne nouvelle.
Désormais, lorsqu’on mange une glace, c’est à y perdre son latin. En effet, cela peut être une « crème glacée », une « glace au lait », une « glace aux œufs », une « glace aux fruits », ou une préparation à base de poudre de fruits… Ça glace le sang !
Et si vous voulez vraiment savoir ce que vous avalez, vous avez vraiment intérêt à décrypter l’étiquette (quand cela est possible !). Bienvenue dans notre Glash Investigation !

Glaces et graisses.
Les matières grasses végétales, voici là où le cône blesse. Pour cause de rentabilité, les marques de la grande distribution renforcent la présence d’huile de palme, de coco et de coprah dans leurs glaces. Par ailleurs, pour ne pas se liquéfier comme un glaçon, notre onctueuse glace doit obligatoirement être riche en acides gras saturés.

Sorbets ou glaces ?
Tout dépend de quel point de vue on se place. Côté calories, direction la sorbetière. En effet, cette glace à l’eau est composée d’eau, de sucre, d’un colorant et d’un arôme. Normalement, rien d’autre ! Mais certains petits malins ajoutent des protéines laitières (1 % environ) pour améliorer la teneur de leur sorbet, alors vérifiez bien l’étiquette pour les allergiques. Côté papilles, on préfèrera les glaces à l’italienne artisanales. Mais attention à l’arnaque du foisonnement. Quésako ? Il s’agit de l’incorporation d’air dans la glace qui se fait lors de son turbinage. Plus il y en a, plus la glace est « légère ».

Industriels, ces faussaires !
Les industriels utilisent un certain nombre d’astuces pour enjoliver leurs glaces et leurs sorbets, les plus courantes étant l’utilisation d’arômes et de colorants pour renforcer la saveur et la couleur.
Ainsi, la pistache brute n’est pas verte mais plutôt beige. Il en va de même pour le jus et la pulpe du citron qui ne sont pas jaunes, mais blancs. Dans la glace à la vanille, les graines apparentes viennent de gousses qui ont déjà été utilisées et sont broyées : c’est l’arôme vanille (naturelle ou synthétique) qui apporte la saveur. Les cravatés, c’est quand même de sacrés farceurs, et nous, on gobe cette truculente blague  tout l’été !

La vraie bonne solution est de faire vous-même vos sorbets en mixant des fruits sans sucre (ou modérément !) et en glaçant la purée obtenue. Avec des moules à bâtonnets, vous ferez de superbes sucettes givrées !

Fin de notre Glash Investigation avec une morale très claire qui se détache de l’étude : mieux vaut un bon Ricard qu’une virée chez Picard  !

JCC

Sources vignette : Pot Magnum (source : https://www.lsa-conso.fr/produits/glaces-magnum-en-pots-magnum-ne-se-deguste-plus-seulement-en-batonnets,143369) / Pot Carte d’Or (source : https://www.toutpourlesfemmes.com/archive/sorbets-et-glaces-2012) / Pot Milka (source : https://www.lsa-conso.fr/produits/maxi-pot-480ml-milka-crispy-chocolate,211636) / Pot Häagen-Dazs coffee (source : https://www.haagen-dazs.ca/hd-en/coffee-ice-cream) / Pot Häagen-Dazs chocolat (source : https://www.ocado.com/webshop/product/HaagenDazs-Chocolate-Salted-Caramel-Ice-Cream/284325011).

  • Reportage sur France 5 « Glaces, tous givrés » :

Pas de commentaires

Laissez un commentaire