ET LA COULEUR FUT
18 Juin

ET LA COULEUR FUT .

CINOCHE | HN | 0 Commentaires

Avant on broyait du noir et blanc sur les écrans. Mais ça, c’était avant que Walt Disney y mette son grain de sel. En effet, les courts métrages de neuf minutes de Mickey ou des Silly Symphonies remboursant à peine les coûts de production du studio, Walt Disney décide de mettre en jeu sa fortune personnelle en 1937 pour produire le premier film animé, colorisé et sonorisé de l’histoire. Un pari fou selon les pontes du milieu de l’animation. Il sera épaulé à la réalisation par Bill Cottrell et David Hand.

Blanche-Neige et les Sept Nains sera donc le premier long métrage d’animation et a posteriori le premier « classique » des studios Walt Disney. Le film s’inspire du conte Blanche Neige des frères Grimm publié en 1812, mais celui-ci sera édulcoré pour ne pas trop choquer le jeune public. Dans le conte, on dénombrait pas moins de trois tentatives de meurtres de la belle-mère sur le personnage de Blanche-Neige. Le Blanche-Neige de Disney, n’est pas devenu un classique de l’animation pour rien. C’est un véritable festival de couleurs. Comme sur la palette d’un peintre. Chaque nain est habillé d’une couleur différente pour bien les différencier. Blanche revêt une robe jaune, bleue et rouge. Mais il n’y a pas que la prouesse des couleurs, il y a aussi la technique. Les mouvements des personnages sont très fluides pour l’époque, voire trop modernes. La belle-mère ne porte que du noir ou des couleurs très sombres pour renforcer le côté manichéiste de l’histoire. Cela se confirme d’autant plus lorsqu’elle se transforme en sorcière et qu’elle ne porte qu’un long et unique voile noir.

Blanche Neige n’a pas pris une ride et continue d’engranger des recettes. En 2001, le premier jour de la sortie du DVD, 1 million d’exemplaires ont été écoulé. Blanche Neige est un film générationnel que nos parents, grand-parents ont connu et que nos (futurs) enfants connaissent (ou connaîtront). Avec l’essor de la 3D et l’abandon du crayon, on défendra encore plus ce petit chef-d’œuvre aux mille couleurs du septième art, un peu comme on défendrait le son du vinyle face au mp3.

HN

Bande-annonce du film :

Pas de commentaires

Laissez un commentaire