Sea therapy
22 Juil

Sea therapy .

CINOCHE | HN | 0 Commentaires

Le septième art a toujours été allergique au chlore. Il préfère les coquillages et les crustacés. Les réalisateurs ont toujours été fascinés par les flots.

En 1959, Antoine Doinel (Jean-Pierre Léaud), enfant de la ville turbulent, reste béat face au spectacle d’une mer qu’il voit pour la première fois de sa vie dans Les Quatre Cents Coups de François Truffaut. Alain Delon quant à lui n’aime ni la mer Plein Soleil, ni La piscine. Elles lui donnent des pulsions meurtrières, du moins lorsque Maurice Ronet est à ses côtés. En 1962, une plage paradisiaque jamaïcaine lance la carrière de Sean Connery et celle d’une des sagas les plus connues du cinéma, James Bond, dans le James Bond 007 contre Dr. No du Britannique Terence Young. D’ailleurs, la scène où Ursula Andress sort de l’eau en bikini blanc est devenue culte, si bien qu’elle aura droit à un clin d’œil dans Casino RoyaleCette fois, ce sera Daniel Craig qui sortira de l’eau en maillot bleu. Mais c’est avec ses dents que la mer a enfin eu le premier rôle d’un film. Ce Jaws de Steven Spielberg a traumatisé toute une génération de baigneurs. On pourra citer dans ce même registre, une trentaine d’années plus tard, le thriller Open WaterDans ce film, des plongeurs sont oubliés par leur moniteur au milieu de l’océan et des requins. Le filon du requin ayant été bien exploité (les innombrables mauvaises suites des Dents de la mer, Sharknado, Megalodon et compagnie), Alexandre Aja préférera miser sur les Piranhas qui dévoreront tout sur leur passage durant un Spring BreakEn France, en revanche, on n’aime moins le gore, on aura droit de contempler les profondeurs grâce au Grand Bleu de Luc Besson sur l’apnée sous-marine, carton au box-office. Chez Disney, on découvrira des pirates sympathiques, superbe oxymore, dans Pirates des CaraïbesCette saga mettra en vedette Jack Sparrow (Johnny Depp) qui traverse les mers à bord du navire maudit appelé « Black Pearl ». Mickey est également à l’origine du sublime film d’animation Pixar Le monde de Nemo sur un poisson clown pêché par un plongeur et dont le père Marin va tout faire pour le retrouver.

La mer est un décor inépuisable, à la fois inquiétant et apaisant. Je préfère donc boire la tasse au cinéma que de mordre la poussière.

HN

Pas de commentaires

Laissez un commentaire