Il était une fois RykiElles
06 Sep

Il était une fois RykiElles .

FASHION FOCUS | IG | 0 Commentaires

Elles, ce sont la mère et la fille, Sonia et Nathalie… Il faut dire que l’histoire de la maison Sonia Rykiel est intimement liée, dès ses débuts, à cette relation mère-fille fusionnelle.

A l’origine, Sonia dessinait des pull-overs pour la boutique Laura, appartenant à la famille de son mari. En 1955, la future créatrice commande à un fournisseur vénitien un pull court et ajusté, conçu spécialement pour elle. Une journaliste photographie le poor boy sweater, qui sera immortalisé ensuite par Audrey Hepburn et Françoise Hardy en 1960, et qui deviendra l’une des pièces emblématiques de ses collections.

Sonia hume donc l’air du temps. Mais l’aventure prend réellement son envol lorsqu’elle imagine, enceinte, une robe moulante en jersey, mettant en avant contre toute attente la courbe de son ventre. Les commandes de ses amies s’arrachant ce modèle la convainquent alors d’ouvrir sa boutique, au 6 rue de Grenelle. Nous sommes le 5 mai 1968, bientôt retentissent ces mots : « Sous les pavés, la plage ! »

Le rideau tombe… Pour mieux se relever. La boutique rouvrira ses portes une fois le calme revenu en proposant des petits pulls à slogans révolutionnaires brodés. Toujours prête à surprendre, à attirer les regards, la dame aux cheveux rouges a plus d’un tour dans son sac. Elle rend la maille et le tricot féminins, les envers et les coutures glamour, le noir et les rayures indispensables. En un mot, elle lance le mouvement de la « démode », qui influencera les créateurs japonais des années 1980.

Mère avant tout, la « reine du tricot » ne manque pas d’inscrire soigneusement le prénom de sa fille Nathalie en première page de chacun de ses carnets à croquis. Comme si sa fille allait lui porter bonheur ou bien lui apporter l’inspiration pour les futures collections, ou comme si elle avait prédit leur future collaboration… Les lettres N-A-T-H-A-L-I-E planent déjà sur la maison.

Et en effet… à 21 ans, Nathalie défile pour sa mère et devient l’ambassadrice principale de la marque. Puis l’histoire se répète, Nathalie crée lorsqu’elle tombe enceinte de sa première fille la ligne Rykiel Enfant, avant de lancer d’autres lignes comme Sonia by Sonia Rykiel, ou Sonia Rykiel Modern Vintage. Directrice générale et artistique en 1995, elle préside la marque douze ans plus tard.

Pour les quarante ans de la marque, c’est la fille qui organise le défilé-anniversaire et rend un hommage émouvant à sa mère en demandant à trente créateurs de donner forme à leur vision de la femme Rykiel. Cette complicité mère-fille inséparable de l’image de la marque apparaît nettement dans le documentaire de Loïc Prigent, « Le Jour d’Avant » filmant les coulisses les veilles de défilé.

D’ailleurs, Sonia Rykiel meurt en 2016. La même année, Nathalie Rykiel démissionne de ses fonctions au sein de la maison, rachetée en 2012 à 80 % par la société d’investissement de Hong Kong, Fung Brands. Restée jusqu’ici l’une des rares maisons de luxe française indépendante, Sonia Rykiel ne survivra pas au départ du duo essentiel que formaient Sonia et Nathalie. Faute de repreneur, la boutique a fermé ses portes cet été…

Cette transmission exclusive de mère en fille se manifeste donc à travers le style indémodable de la Femme Rykiel, indifférent aux décennies qui s’écoulent et au choc des générations. Peut-être reverrons-nous un jour renaître la marque de ses cendres, avec pour slogan : Sonia & Nathalie For Ever !

IG

  • Liens vidéos :

« Je provoque et je veux » – Séance d’essayage et interview par Sylvie Moreau dans l’émission Phrases clés (1969).

« Tout est permis, tout est facile maintenant » – Les Débuts de Sonia Rykiel (circa 1970)

« Ma fille, ma mère, mes sœurs… mêlées dans une même histoire de femme » – Interview sur la Femme et la mode, par Marc Bessou dans l’émission Domicile A2 (1987)

Source vignette : Nathalie et Sonia Rykiel photographiées par Vladimir Sichov -1985 (https://pleasurephoto.wordpress.com/2016/09/17/sonia-and-nathalie-rykiel/)

Pas de commentaires

Laissez un commentaire