So Long My Son
06 Sep

So Long My Son .

CINOCHE | HN | 0 Commentaires

Treize ans après avoir filmé deux familles provinciales dans La vie est un long fleuve tranquille, Etienne Chatiliez s’attaque en 2001 avec Tanguy à la famille bourgeoise parisienne. Les Guetz, campés par Sabine Azéma (Edith) et André Dussollier (Paul) sont deux parents-boomers qui ne supportent plus leur fils Tanguy (Eric Berger). En effet, Tanguy, 28 ans et surdiplômé (Sciences-Po, ENS…), n’a jamais songé à quitter le cocon familial. Pire, ce jeune adulte a gardé toutes ses mauvaises habitudes d’adolescent : chambre mal rangée, chaussettes sales… Sa mère doit même lui apporter son petit-déjeuner au lit. Ces parents indignes vont alors élaborer d’abjects stratagèmes pour le faire déguerpir. Mais Tanguy est plus coriace qu’il en a l’air, derrière ses petites lunettes rondes. Il n’est pas prêt de se laisser faire et va faire vivre un calvaire à sa mère et à son père.

Cette comédie est devenue culte, si bien que le terme « Tanguy » est rentré dans la langue courante pour désigner le phénomène sociétal des enfants qui restent jusqu’à tard chez leurs parents. Le film est produit par Charles Gassot qui avait auparavant financé Tatie Danielle et Le bonheur est dans le préIl a eu du flair, car le long-métrage a cumulé plus de 4 millions d’entrées en salle dans l’hexagone, le classant parmi les plus gros succès commerciaux de l’année 2001. Le casting est réussi, Azéma et Dussolier jouent très juste ces parents exaspérés par leur progéniture. Eric Berger est parfait dans le rôle de l’enfant si brillant qu’il en devient une véritable tête à claques. On croise également un jeune Jean-Paul Rouve qui n’était pas encore un habitué des premiers rôles. Il joue Bruno, un ami de Tanguy.

Une suite très médiocre a en revanche vu le jour cette année, on ne retiendra donc que le premier opus. Avec les prix indécents du marché immobilier parisien et l’ubérisation du tertiaire, le phénomène des Tanguy n’est pas près de s’estomper.  Attention, risque d’infanticide plutôt élevé chez les Guetz-like dans la capitale.

HN

  • Bande-annonce du film :

Pas de commentaires

Laissez un commentaire