En marche vers le climat
29 Oct

En marche vers le climat .

DAME NATURE | JCC | 0 Commentaires

Dame Nature nous met en garde, et comme avait dit Chichi en 2002 lors d’un Sommet de la Terre : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Et depuis… depuis nous marchons.

La marche pour le Climat est née d’une démission, celle d’un Hulot désabusé par la politique macroniste, incapable de prendre la mesure de l’urgence climatique (mais que Macron se rassure, il est loin d’être le seul !). On l’aimait bien notre Nicolas Hulot au boulevard Saint-Germain. On se disait qu’un peu de société civile, qu’un homme éclairé, avisé et passionné défendait des convictions écologiques dans cette mascarade politicienne.

Et puis, il est tombé sous les balles parlementaires notre Nicolas ! Mais avant de partir… Sus à l’ennemi, il lance un message officieux d’insurrection civile en guise de discours d’adieu. Dans le mille : 1 semaine après, 150 000 personnes foulent le pavé en scandant « Parce que c’est nooottree plannèèèèttteeee », « On n’a pas de Planète B » ou « Ta planète, tu la veux bleue ou à point » ! On en passe, des « vertes » et des pas mûres.

6 mois après, en mars 2019, le nombre de « climato-manifestants » double et la manifestation prend le nom de « Marche du Siècle » (eh non, ce n’est hélas pas un film où Bruce sauve le monde), qui sera répliquée dans les grandes mégalopoles du monde entier. Une première dans l’histoire de l’humanité. Que l’on soit à Buenos Aires, à San Francisco, à Londres, au Cap ou à Singapour, en Nike ou en tong, casquette ou ombrelle… le « monde d’en bas » s’est soulevé !

Un pavé dans la mare ouais. Les forêts primaires continuent d’être détruites ; Trump est plus climatosceptique que jamais ; son homologue brésilien a décidé de grignoter l’Amazonie à « petit feu », préférant fustiger notre pauvre Bribri via Twitter ; Nutella développe de nouvelles gammes de biscuits bourrés d’huile de palme, emballés à l’unité dans du plastique, eux-même emballés dans un sachet en plastique, lui-même emballé dans un carton imprimé de mille feux…

C’est marrant car la prise de conscience écologique, c’est un peu comme la répartition des richesses. Le sens commun est détenu par 99 % de la population, quand 1 % de la population (dirigeants politiques et industriels) s’époumone à foncer tête baissée vers une issue fatale.

Greta, tu veux pas « Make our planet great again » un peu plus vite s’il te plaît ?

JCC

Pas de commentaires

Laissez un commentaire